PORTRAITS Tendances

Les super-héroïnes : ces parcours de femmes qui ont changé l’histoire du sport

À l’occasion de la Journée internationale du droit des femmes, Urban Sports Club revient sur les parcours sportifs de femmes qui ont marqué l’histoire. Le sport est un moyen d’émancipation pour lequel les femmes ont dû se battre. Du droit de concourir à celui d’avoir un salaire équivalent à celui des hommes, elles ont combattu les inégalités. Loin d’être exhaustif, cet article revient sur ces luttes de l’histoire, de femmes devenues des super-héroïnes. 

Caster Semenya, meilleure coureuse du 800 mètres au monde. 

Source : Caster Semenya

En 2009, 19 ans, Caster Semenya remporte le championnat du monde du 800 mètres à Berlin. Elle est alors interrogée par un journaliste qui lui demande si elle est “née garçon”. La rumeur, qui s’appuie sur son physique et son apparence “masculine” est vite démentie par son acte de naissance. La Fédération Internationale d’Athlétisme lui fait aussi passer des tests de féminité.

Alors qu’elle remporte 2 titres de championne Olympique et trois titres de championne de monde du 800 mètres, elle se voit interdire de concourir sans se soumettre à des modifications hormonales. La raison ? Hyperandrogène, Caster Semenya produit une grande quantité d’androgènes, les hormones sexuelles mâles. Ces hormones comprennent notamment la testostérone. Générée en grande quantité chez les hommes, elle l’est aussi, mais en quantité moins importante chez les femmes.

En 2011, des seuils de testostérone sont imposées aux athlètes femmes par la Fédération Internationale d’Athlétisme. Caster Semenya n’est pas la seule athlète à être critiquée. L’hyperandrogènie concerne aussi Francine Niyonsaba et Dutee Chand. Spécialiste du sprint, cette dernière lance un procès contre le tribunal arbitral du sport, qui reconnaît qu’il n’y a pas de lien scientifique prouvé entre l’hyperandrogénie et les performances sportives.

Mais en 2018, la Fédération Internationale d’Athlétisme veut tenter de réintroduire un règlement, disant vouloir préserver l’équité des courses. Caster Semenya attaque le tribunal du sport mais elle perd le procès. Elle ne peut donc plus concourir, sans se soumettre à un traitement hormonal. Si elle a perdu cette bataille, Caster Semenya n’a pas cessé de se battre. Elle profite de sa notoriété et du support de l’opinion pour promouvoir le sport et les droits LGBT.

Sarah Ourahmoune, championne de boxe

Ces parcours de femmes qui ont changé l'histoire du sport : Sarah Ourahmoune
Crédit : Marie Lopez Vivanco – Sarah Ourahmoune à Boxer Inside

Avec 265 combats de boxe à son actif, Sarah Ourahmoune affiche un palmarès incroyable. Elle a notamment été 10 fois championne de France, 3 fois championne de l’Union Européenne et même vice-championne Olympique en 2016. Sarah Ourahmoune a aussi été décorée de la Légion d’honneur en 2012 et de l’ordre national du mérite en 2016. 

À 14 ans, elle pousse les portes d’un club de boxe par hasard, alors qu’elle cherche un cours de Taekwondo. Elle a la chance de faire la rencontre d’un entraîneur qui va l’accueillir et la soutenir. Mais elle se heurte aussi à de nombreux rejets. À ses débuts, la boxe est un sport normalement réservé aux hommes. D’ailleurs, ce n’est qu’à partir de 1999 que le championnat de boxe anglaise est ouvert aux femmes. On lui propose alors de participer à un combat. 

Championne de France à 17 ans, elle domine en demi-finale du championnat du monde amateur en Chine en 2008. Cependant elle n’arrache pas la victoire. Son adversaire, Chen Ying est par la suite contrôlée positive au dopage. Sarah Ourahmoune reçoit la médaille d’or qui lui revient.

En 2012, 3 catégories de poids féminins sont ouverts pour les Jeux Olympiques. Elle ne parvient pas à se qualifier. Elle prend une pause, devient mère, et reprend le combat en 2014.

Aujourd’hui, si elle a arrêté de concourir, elle poursuit son combat en menant ses casquettes de mère, d’entraîneuse et de médiateur dans l’univers de la boxe. Vice-présidente en charge des athlètes et des mixités du Comité National Olympique et Sportif Français elle travaille notamment à l’inclusion des quartiers et de la Seine-St Denis aux Jeux Olympiques de 2024. Elle a aussi ouvert sa propre salle de boxe, Boxer Inside.

Serena Williams, championne badass

Ces parcours de femmes qui ont changé l'histoire du sport : Serena Williams
Crédit : Serena Williams

Première joueuse n°1 de tennis de l’histoire à 35 ans, Serena Williams a remporté 39 titres du Grand Chelem, le premier à l’âge de 17 ans. Avec sa soeur aînée Venus, elle a révolutionné le tennis féminin, s’imposant par son physique et par son mental.

Son palmarès impressionnant ne l’a pas empêchée d’être régulièrement attaquée et critiquée. En 2017, lors d’une interview pour NPR, John Mc Enroe, joueur de tennis à la retraite déclare que si elle jouait dans la catégorie masculine elle ne serait qu’à la 700ème place mondiale.

En 2018, Serena Williams fait son retour à Roland-Garros dans une combinaison noire moulante, dans laquelle elle déclare se sentir “comme une super-héroïne”. Cela lui vaut d’être la cible de moqueries. Ces critiques éclipsent la performance de la championne, qui une fois de plus remporte le match. Le président de la Fédération Française de Tennis déclare que ce type de combinaison ne sera plus accepté à Roland Garros.

En plus de sa carrière de championne, Serena Williams est aussi une mère, et une entrepreneuse, créatrice de sa propre marque de vêtements.

Billie Jean King, tenniswoman battante

Ces parcours de femmes qui ont changé l'histoire du sport : Billie Jean King
Crédit : CSU Archives/Everett Collection/Picture Alliance – Deutschlandfunkkultur.de

Autre championne de tennis au palmarès incroyable, Billie Jean King s’est aussi imposée dans le monde du sport pour faire progresser les droits des femmes.

Elle est notamment célèbre pour avoir gagné le match de la “Bataille des sexes“, contre Bobby Riggs en 1973. Cette victoire contre un joueur plusieurs fois n°1 mondial dont sont témoins des millions de téléspectateurs est une étape particulièrement importante de l’avancée du tennis. 

En 1961, Billie Jean King commence son palmarès en remportant le tournoi de Wimbledon en simple dames. Elle enchaîne alors les succès pendant plus de vingt ans.

En 1968, alors que le tournoi de Wimbledon s’ouvre aux professionnels, Billie Jean King le remporte pour la troisième fois consécutive. Elle reçoit un prix qui équivaut à moins de la moitié de celui du champion masculin. Son combat commence pour obtenir l’égalité des prix entre les hommes et les femmes. Elle deviendra la première femme athlète à recevoir une prix de 100 000 dollars.

Cependant, les inégalités continuent et alors qu’elle remporte l’US Open en 1972, elle reçoit 15 000 dollars de moins que le champion Ilie Nastase. Elle déclare alors qu’elle ne jouera pas l’année suivante si les prix ne deviennent pas égaux et l’US Open devient le premier tournoi qui offre un prix équitable aux femmes et aux hommes. Elle est aussi la première sportive à rendre publique son homosexualité. 

Kathrine Switzer, première marathonienne 

Crédit : Getty Images

Née en Allemagne en 1947, Kathrine Switzer grandit passionnée par le sport. À cette époque, le marathon est alors interdit aux femmes. Beaucoup de prétextes sont invoqués pour les empêcher de courir. Les détracteurs déclaraient notamment que cela pourrait être dangereux pour leur santé.

Unique femme dans son équipe de cross-country, elle décide de participer au marathon à 20 ans. Elle réussit à s’inscrire en ne donnant que ses initiales. Les organisateurs de la course tentent de lui arracher son dossard mais elle résiste. Elle devient alors la première femme à franchir la ligne d’arrivée. Mais elle est disqualifiée, puis suspendue de la Fédération américaine d’athlétisme. 

La coureuse commence alors son combat pour que les femmes aient le droit de courir le marathon. Elle obtient victoire en 1972. Le marathon de Boston est finalement ouvert aux femmes et Kathrine Switzer finit 3ème de la course. Kathrine Switzer a été inscrite au National Women’s Hall of Fame en 2011.

L’histoire du droit des femmes est celle d’un combat. Les parcours de ces femmes dans le monde du sport ont été des révolutions sportives et sociales. Vous aussi, en vous entraînant régulièrement, vous faites avancer votre parcours chaque jour un peu plus. C’est aussi votre courage et votre endurance que nous célébrons.


You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.