Explorer

Pourquoi la méditation et le sport vont si bien ensemble ?

La méditation a été longtemps exercée par plusieurs courants spirituels et religieux. De nos jours, cette pratique est non seulement un moyen pour gérer le stress mais également pour relâcher les tensions internes et externes. C’est pourquoi, la méditation est une superbe pratique complémentaire pour les sportifs qui aimeraient travailler sur la conscience mentale et ainsi améliorer leurs entraînements et leurs performances.

Nous avons fait un entretien avec Audrey de Petit BamBou, une application qui te permet de pratiquer la méditation via ton portable, pour comprendre pourquoi la méditation est une bonne pratique pour les sportifs et par où commencer ? Lis la suite de l’entretien que nous avons eu avec Audrey de Petit Bambou pour découvrir cette belle pratique.

* Pour ceux qui ne savent pas, Petit Bambou est une application qui te permet de pratiquer la méditation via ton portable. Tu apprends à entraîner ton esprit, cultiver ton état d’âme et ta paix intérieure. Il y a plusieurs programmes disponibles pour différents types de profil et de besoins.

Pourquoi la méditation et le sport vont si bien ensemble ?

petit bambou logo

Tout d’abord, pourquoi la méditation est essentielle pour les gens qui s’entraînent ?

Audrey : La méditation est importante, car c’est un entraînement de l’esprit. La performance d’un sportif se trouve pour partie dans ses capacités physiques et tactiques (qui s’entraînent à la salle, sur le terrain, etc.), et pour une bonne partie (au moins 50% !) dans ses capacités mentales. Pour progresser dans le sport, et pour y prendre plaisir, il faut une bonne maîtrise de soi et de ses émotions, de la lucidité, une capacité à se fixer des objectifs, à trouver sa motivation… et aussi à lâcher prise pour profiter de l’instant présent !

La méditation (je parle ici de la méditation de pleine conscience, telle qu’elle est présentée dans l’app Petit BamBou) permet de travailler tous ses aspects, en commençant par travailler la concentration et la stabilité de son attention, puis en s’ouvrant à ses émotions pour apprendre à mieux les gérer. Et bien sûr, c’est aussi un grand facteur de bien-être.

Quel est le meilleur moment pour méditer ? Avant / après une séance d’entraînement ou durant les jours de récupération ?

Audrey : Le meilleur moment, c’est surtout celui qui convient dans notre vie ! L’important est surtout la régularité. Comme pour tout entraînement, il faut méditer régulièrement pour que cette pratique porte ses fruits. Tous les jours (même quelques minutes), c’est l’idéal, mais cela peut aussi être quelques fois par semaine.

Le moment idéal de la journée dépend aussi du type de pratique que l’on veut faire. Par exemple, parmi les séances proposées dans le programme Sport et Mental de Petit BamBou, les séances de « focus » sont à réaliser plutôt juste avant l’entraînement ou la compétition, tandis que les séances de détente et de récupération (qui ne se sont d’ailleurs pas à proprement parler de la méditation, mais plutôt de la relaxation) se prêtent très bien au soir avant de s’endormir.

Quels sont les éléments les plus importants sur lesquels se concentrer, pour les sportifs, lors d’une séance de méditation ?

Audrey : La base de la méditation consiste à s’entraîner à revenir dans l’instant présent (plutôt que de laisser ses pensées dériver sur le passé ou le futur), en posant son attention sur un objet qui nous sert d’ancrage. On choisit souvent la sensation de la respiration, mais ce point d’ancrage peut être différent en fonction du sport pratiqué (cela peut être une autre sensation physique spécifique au sport, ou une ligne sur le terrain, etc.). Tout l’entraînement consiste ensuite à ramener son attention sur ce point d’ancrage quand l’esprit s’échappe, avec douceur et sans se juger.

Il existe beaucoup de variantes à cet exercice, et il peut être utile d’être guidé au départ (par un instructeur, ou par des méditations guidées enregistrées).

Comment la méditation peut réduire les blessures sportives ?

Audrey : La méditation agit sur plusieurs facteurs qui peuvent permettre de réduire les blessures.

Tout d’abord, méditer permet d’être plus présent à ses sensations physiques et permet donc d’être à l’écoute de son corps. On apprend donc à percevoir ses propres limites avec plus de lucidité, et aussi beaucoup de bienveillance, pour faire la différence entre le dépassement de soi et le fait de mettre son corps en danger.

Deuxièmement, la méditation nous entraîne à laisser passer nos pensées pour rester engagé à 100% dans l’instant présent. Cela réduit les erreurs, et donc aussi souvent les blessures, surtout dans le cas des sports dangereux ou acrobatiques.

Il y a plusieurs programmes chez Petit Bambou. Quel est le meilleur programme pour une personne débutante ?

Audrey : L’application Petit BamBou comprend un programme Découverte, qui est gratuit et directement accessible à l’installation de l’app. C’est le programme idéal pour un pratiquant débutant, qu’il soit sportif ou non, car il donne toutes les bases pour s’entraîner à diriger son attention, et sur la posture. Pour progresser ensuite, le catalogue compte plus de 500 méditations disponibles sur abonnement.

Pour les sportifs, le programme Sport et Mental est sans doute le plus approprié : conçu par un psychologue du sport et préparateur mental, il donne en 25 séances courtes tous les outils pour trouver sa concentration et sa motivation, gérer son stress, ses émotions, et la douleur, récupérer, et bien sûr être à 100% dans l’action pendant le sport.

Quelles sont les meilleures conditions pour réussir une séance de méditation ? (Par exemple, être assis, allongé, debout, tout seul, dans une salle tranquille etc.)

Audrey : C’est l’un des avantages majeurs de la méditation : il est impossible de rater une séance !

Il n’existe pas de séance de méditation « réussie » ou non, car le cœur même de la pratique est d’entrer en contact avec son esprit tel qu’il est (agité ou calme, triste ou joyeux…), pour travailler avec lui.

Ceci dit, il est bien sûr recommandé de se donner des conditions favorables pour pouvoir entraîner son esprit, surtout quand on débute : être assis avec le dos droit (pour ne pas s’endormir et bien respirer), et être au calme. Avec un peu d’expérience, la méditation peut aussi se pratiquer debout, en marchant, et même dans les activités de la vie quotidienne.

Après combien de temps pouvons-nous ressentir les effets de la méditation ?

Audrey : Ces effets peuvent se révéler très vite, parfois dès les toutes premières séances. Et comme dans tout entraînement, ils s’approfondissent et s’enrichissent tout au long du parcours d’un méditant. Même après des années, on progresse encore !

Qu’est-ce qu’on retrouve dans la méditation qu’on ne retrouve pas dans les autres disciplines ?

Audrey : Deux caractéristiques me paraissent particulièrement remarquables dans la méditation (sans aller jusqu’à dire qu’on ne les retrouve pas ailleurs, bien sûr !) : le fait que cette pratique puisse se faire à tout instant, dans n’importe quelles circonstances (car notre esprit est toujours avec nous, et il suffit de prendre conscience de ce qu’il se passe à un instant donné), et le fait qu’elle englobe toutes les situations possibles (il n’est pas possible de « rater » une séance de méditation). La méditation permet de se rendre compte que toute situation peut être abordée avec un esprit plus ouvert et plus flexible.

Y a-t-il une différence entre avoir un professeur de méditation sur place et l’application que vous offrez ? Si oui, quelles sont-elles ?

Audrey : Oui bien sûr ! L’application est une excellente façon de commencer la méditation, d’être accompagné au quotidien, puis d’approfondir sa pratique au fil des jours en découvrant de nouvelles approches de cet entraînement de l’esprit. Mais bien sûr, cela ne remplace pas l’interaction avec un être humain en chair et en os, avec qui il est possible de partager son expérience, et d’être guidé de manière plus personnalisée en fonction de sa situation.

C’est pour cela que nous proposons de plus en plus de compléments à l’application pour permettre aux pratiquants d’avoir ce soutien humain quand ils en ressentent le besoin. Nous organisons notamment des sessions de questions-réponses en Facebook live avec des instructeurs, et désormais aussi des webinars, où un petit groupe de méditants se retrouve en direct en visioconférence avec un instructeur.

Et bien sûr, je ne peux qu’encourager ceux qui en ont l’envie à faire un stage ou une retraite en présentiel, pour découvrir cet aspect de la pratique.

Quel est le meilleur conseil donneriez-vous à une personne qui aimerait intégrer la méditation dans son quotidien ?

Audrey : Je conseillerais de se lancer, et surtout de laisser de côté toutes les idées préconçues sur ce que la méditation devrait être : il n’y a pas d’état particulier à atteindre, et il est normal d’avoir beaucoup de pensées, surtout au début ! C’est souvent cela qui démotive, alors que ce n’est pas un signe d’échec, mais au contraire la marque que nous commençons à prendre conscience de ce qu’il se passe en nous.

Sur l’aspect pratique, il est essentiel d’intégrer la méditation dans sa routine quotidienne pour qu’elle devienne un réflexe, au même titre que de se brosser les dents : la faire toujours au même moment avant ou après un repas, par exemple, ou avant l’entraînement. Et enfin, ne pas oublier de relâcher la pression par rapport à un quelconque résultat, pour vraiment profiter de ces instants que l’on s’accorde à soi-même.

Merci à Audrey et à Petit BamBou !  

Audrey, passionnée de méditation, pratique la pleine conscience depuis 2010. C’est son envie de partager cette pratique avec le plus grand nombre qui l’a amenée à rejoindre l’application de méditation Petit BamBou, après une formation scientifique et plusieurs années dans un grand groupe industriel. Elle débute aussi le yoga, qu’elle trouve un excellent complément à la méditation.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply